Accueil                

LA GUERINIERE

La Guérinière.

Nom porté par une partie des terres de la commune de Cormelles, après la création du manoir par le sieur François Pierre Robichon des Brosses de la Guérinière au milieu du XVIII éme siécle. Ces terres devinrent par la suite, le hameau de Cormelles.

  Le château de la Guérinière:

 

 Au XVIII e siècle, sous le règne de Louis XV la famille Robichon de la Guérinière s’établit sur Cormelles. C’est  François Pierre Robichon des Brosses de la Guérinière qui y battit un manoir ainsi que de beaux manèges pour l’entraînement des chevaux. Ce manoir devint une succursale de l’académie d’équitation fondée en 1719 (caserne des pompiers, place du Canada)  mais laissée à l’abandon par son créateur, elle fut repris par Pierre Robichon le 21 avril 1728.En l’an III de la République, l’établissement est fermé. Le 21 brumaire le comité de salut public, requit le citoyen Alexandre de la Tour d’en prendre la direction.

 En 1835, le 19 mai une adjudication volontaire a lieu en l’étude de Maitre Dufay, notaire à Caen, rue de l’Odon, de la terre de la Guérinière.En 1905, M. René Pichard crée au château de la guérinière un établissement avicole afin de produire des poulets précoses et de chair fine.  En 1909, Madame G. le vend à Madame C. qui s’en dessaisit à son tour en 1920 au profit de M. Et Madame Brunet,  éleveur de chevaux.

C’est le 6 août 1944, alors que les Canadiens lançaient l’opération Totalize sur Bourguébus que l’aviation alliée se trompant d’objectif bombarda Cormelles, faisant plusieurs dizaines de morts parmi les soldats et détruisit le château de la Guérinière.

Le 3 mars 1948, la communauté Eudiste des Sœurs de Notre Dame  de la Charité fait l’acquisition du lieu dit la Guérinière .

                                                                                                     chateaudelagueriniere.gif

                                                                                                   

 Le champ de manoeuvre militaire:

Le  26 juillet 1875, la ville de Caen acheta 27 hectares 43 ares de terrain sur la commune de Cormelles connu aussi sous le nom d’hippodrome de la Guérinière. L'enquête d’utilité publique eut lieu le 21 juillet pour une acquisition soit à l’amiable soit par expropriation. Ces terrains furent cédés à l'armée par la ville de Caen en usufruit indéfini à l’état pour tout le temps qu’il existe un casernement (43ème Régiment d'Artillerie) dans la place afin d’en faire un terrain de manœuvres.

 

                                                                                                champdemanoeuvre2.gif

 

 Le terrain d'aviation:

C'est le terrain de manœuvre du 43éme régiment d'artillerie et du 129éme régiment d'infanterie qui a servit de terrain d'aviation pour la ville de Caen. De nombreux meetings aériens eurent lieu sur ce site. Le premier  eut lieu en 1910. L'aéro club de Caen s'installa, avec l'accord de la ville de Caen dès 1931. Les premiers vols sont effectués dès  le printemps de cette année par messieurs Lacombe, Bellavoine, Bence, Moreau, Maruitte, De La Crouee, ETC; Ils utilisent un planeur Avia 11A, qu'ils lancent au sandows. Le manque d'abri oblige les pionniers à démonter chaque soir l'appareil pour le redescendre en ville.

Pour remédier à cet inconvénient et pourvoir le terrain d'un minimum d'infrastructure indispensable, l'Aéro Club décide l'implantation d'un hangar qui entre en service en Octobre 1931. Le 4 mars 1933, les membres de l'Aéro club ont l'immense joie d'accueillir le premier avion: Un Caudron Phalène" quadriplace d'entraînement et de voyage. Quelques temps plus tard, "l'Hanriot 14", biplace doubles commandes, permet les débuts de l'école de pilotage.

 

                                                                                             fetedelaviation1910 3.gif

 

vidéo amateur du terrain d'aviation de Caen situé à Cormelles en 1936.images/aviation cormelles.rm

 L’hippodrome de la Guérinière

De tout temps, des courses d'entraînement avaient lieu sur-le-champ de manœuvres  mais aussi sur le chemin de Bras qui servait de piste d’entraînement surtout pour le trot attelé. De temps en temps, sur  l’hippodrome de la Guérinière  se déroulait des courses (lundi de Pâques) jusqu’aux environs de 1939.  

Sur une partie du terrain de manœuvre, près du quartier du 43éme  Régiment d’Artillerie, la Société Hippique Caennaise a organisé les samedi 1er et dimanche 2 juillet 1933 un concours hippique.

 

                                                                                                 hippodromedecormelles2.gif

 

C’est sur ce lieu que la ville de Caen décide de construire le quartier de la Guérinière en 1951.